Coordonnées des villages détruits

Merci de contacter la COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE CHARNY SUR MEUSE : 
03 29 84 33 44

Fleury devant Douaumont

Donnez votre avis :
Maire : M Jean-Pierre LAPARRA
Nombre d’habitants : 0 habitant
Superficie : 10,27 km²
Chef lieu d’arrondissement : Verdun
Chef lieu de Canton : Charny sur Meuse
Code postal : 55100

Le village de Fleury devant Douaumont, situé sur des hauteurs boisées, a souvent évité d’être pris lors des invasions qui se sont succédées après la Révolution française de 1789, notamment celles de 1792, de 1814 et de 1870.

Mais avec la construction de la ligne de Forts du modèle Séré de Rivières sur les côtes de Meuse après la guerre de 1870-71, son destin va bientôt basculer dans la tragédie, car sa situation centrale entre, notamment, ceux de Douaumont, de Souville, de Vaux et l’ouvrage de Froideterre ne deviendra guère enviable au cours de la grande offensive allemande de 1916.

Dans un premier temps, pourtant, la construction des Forts environnants lui apporte une certaine prospérité grâce à un nouvel apport de population ouvrière puis militaire. En 1913, celle-ci atteint 422 habitants, permettant ainsi à de petits commerces, auberges et artisans d’y développer leurs activités à côté de celle du monde rural agricole traditionnel.

En septembre 1914, la bataille de la Marne fixe le Front à plusieurs kilomètres au Nord de Fleury et ses habitants pensent, cette fois encore, pouvoir échapper à cette nouvelle invasion allemande…

Effectivement, en 1915, il est encore totalement intact et regorge de troupes combattantes ou logistiques se préparant à monter au front ou bien s’en reposant après leur relève…

Le 21 février 1916, dès le déclenchement de l’offensive allemande massive, les autorités militaires françaises font procéder à l’évacuation des habitants vers Bras-sur-Meuse et Verdun.

Le 24 février 1916, la chute du Fort de Douaumont, au Nord, et l’avancée des troupes allemandes et de son artillerie lourde, provoque le début du bombardement et de la destruction progressive du village.

Mais ce ne sera qu’à partir de la chute du fort de Vaux, à l’Est, le 7 juin 1916, que l’étau se resserre rapidement sur le village qui dès lors, se retrouve en première ligne.

A compter de cette date, le bombardement allemand deviendra incessant pour permettre à ses fantassins de s’en approcher et d’y entrer, pour la première fois, le 23 juin 1916.

Mais les combats faisant rage de part et d’autre, ses ruines seront reprises dès le lendemain, le 24 juin, par les poilus… mais cette reprise ne sera que de courte durée…

On dénombrera au total 16 alternances de possession du village entre le 23 juin et le 18 août 1916, date de sa reprise définitive par le régiment d’infanterie coloniale du Maroc.

Parmi les faits de guerre s’étant déroulés sur le sol de la commune, il faut noter la prise de la Poudrière, le 11 juillet 1916, par les Allemands, un abri sous 10 m de roc, où meurt au combat le Colonel Coquelin de Lisle, commandant la 255e brigade.

En octobre et novembre 1916, ses ruines servent de base de départ des offensives dirigées par le général Mangin qui permettent de reprendre les Forts de Douaumont et de Vaux à l’ennemi et ainsi de rétablir un calme relatif jusqu’à la fin de la guerre dans ce village martyrisé sans interruption durant six mois.

Classé en « zone rouge » et décrété « Mort pour la France » en 1918, il bénéficie du statut unique de village détruit en 1919.

Ses habitants ne pouvant y reconstruire leur vie, élèvent en 1934 sa chapelle-abri sur l’emplacement de son église totalement rasée. Celle-ci recevra symboliquement la statue Notre Dame de l’Europe sur sa façade en 1979 pour marquer, notamment, la réalité en marche de l’union européenne dans la paix.

Déjà, douze ans auparavant, le 17 septembre 1967, était inauguré le Mémorial de Verdun, bâti sur l’emplacement de l’ancienne gare de Fleury devant Douaumont à l’initiative et en présence de M. Maurice Genevoix, président fondateur du Comité National du Souvenir de Verdun.

Par la présence du Mémorial et des multiples réalisations de Mémoire effectuées depuis sur son territoire, la commune de Fleury-devant-Douaumont est devenue, de façon légitime, le village détruit le plus visité de tous.

Infos Fleury :8 km à l’Est de Charny.
8 km au Nord-Est de Verdun.

1913 : 422 habitants, 1 auberge, quelques commerces et artisans, des agriculteurs…

1914 (septembre) : la bataille de la Marne fixe le Front à quelques kilomètres au Nord du village.
1915 (fin février) : il est encore intact et regorge de troupes.
1916 (février) : évacuation des habitants vers Bras-sur-Meuse et Verdun.
1916 (février) : chute du Fort de Douaumont. Début du bombardement et de la destruction du village.
1916 (juin) : chute du Fort de Vaux qui met le village en première ligne.
1916 (juin) : prise du village par les Allemands…
1916 (août) : reprise définitive du village par le régiment d’infanterie coloniale du Maroc.
1918 : classement du village en « zone rouge » et décrété « Mort pour la France ».
1919 : décrété « village détruit », dont le statut unique est partagé par huit autres villages de Meuse.
1931 : construction de la chapelle-abri, et du monument aux morts.
1967 : création du Mémorial de Verdun sur l’emplacement de l’ancienne gare de Fleury-devant-Douaumont.

A voir :
- La chapelle Notre-Dame de l’Europe (fresque d’une piéta par monsieur Lantier réalisée en 1934, vitraux dédiés au fantassin, par Gruber en 1934) ;
- Le monument aux morts ;
- Le Mémorial de Verdun (Musée sur la Bataille de Verdun )
- Allées et bornes matérialisant les rues et maisons du village détruit.
- Sentier de découverte de la Poudrière (vestiges de l’ancien poste de garde et ravin des vignes)
- Sentier botanique de 650 m entre le Mémorial et le village détruit.

retour aux villages détruits